Communiqué de presse concernant le vote contre le projet de loi "vigilance sanitaire"


Ce mardi 19 et mercredi 20 octobre, l’Assemblée nationale était appelée à débattre sur le projet de loi de « vigilance sanitaire », prolongeant notamment l’application du passe sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022 et repoussant la fin du cadre juridique de l’état d’urgence.

Le passe sanitaire n’a scientifiquement rien démontré de son efficacité réelle contre l’épidémie. L’objectif du gouvernement était de contraindre la population à la vaccination, ce que nous avons toujours dénoncé. Puisque près de 75% des Français sont désormais vaccinés, soit l’on considère que le vaccin est efficace et le passe sanitaire ne se justifie plus, soit le vaccin n’empêche pas la circulation d’un virus, et le passe ne se justifie plus !

En votant ce projet de loi, le Parlement vient de maintenir sans raison valable ce régime d’exception qui fait fi de notre droit et de nos libertés, alors même que les courbes sont au plus bas et que notre pays se prépare à deux échéances électorales majeures : l'élection présidentielle et les élections législatives. Bien entendu, la totalité des parlementaires du Rassemblement National et moi-même nous sommes fermement opposés à ce projet de loi et avons voté contre l’ensemble de ce texte, là où d’autres députés issus des LR ou de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon en tête, ont préféré rester chez eux. Encore une fois, et comme ces 5 dernières années, nous avons été force d’opposition à la politique autoritaire d’Emmanuel Macron. En votant contre cette prolongation de l’application du passe sanitaire, nous avons porté la voix de millions de nos concitoyens qui n’en peuvent plus de ce flicage permanent et qui aspirent à retrouver une vie normale.Retrouvez l’intégralité de mon intervention à la tribune de l’Assemblée nationale sur mes réseaux sociaux : https://www.facebook.com/NMeizonnet/videos/1526852587675329