Insécurité à Nîmes : Nicolas Meizonnet demande des actes au Premier Ministre

Le 13 janvier 2021,

L’ensauvagement qui frappe certains quartiers de Nîmes n’est plus acceptable. La récente lettre ouverte de neufs directeurs d’écoles à Emmanuel Macron révèle l’urgence d’une véritable politique de lutte contre l’insécurité à Nîmes.

En effet, ce ne sont pas les 13 policiers nationaux supplémentaires promis le 23 septembre dernier par Gérald Darmanin qui permettront de rétablir l’ordre en 2021. Combien de temps encore les enseignants, les élèves, les parents, les riverains devront-ils subir la loi des caïds ? Doit-on attendre qu’une balle perdue liée aux trafics de drogue emporte la vie d’un élève pour que le gouvernement prenne enfin des décisions à la hauteur ?

Pour mettre fin à cette situation indigne, j’ai formellement adressé une « question écrite » au Premier Ministre Jean Castex, dans laquelle je presse son gouvernement à agir et à prendre les mesures qui s’imposent : une lutte acharnée contre les trafics de drogue, davantage de moyens et de policiers sur le terrain, une politique pénale de tolérance zéro en appliquant des peines dissuasives, l’expulsion systématique des délinquants étrangers.

Les habitants de Nîmes peuvent compter sur mon total soutien pour défendre leur droit à la sécurité : face à la voyoucratie, la peur doit changer de camp !

Nicolas Meizonnet, Député du Gard, Conseiller départemental de Vauvert.